La polémique gronde toujours autour du glyphosate, une substance utilisée dans l'herbicide RoundUp. En septembre prochain, la Commission européenne décidera d'autoriser ou non la prolongation de ce produit pour dix ans supplémentaires. 

Faut-il interdire l'utilisation du glyphosate ? 

Le glyphosate, est une substance chimique présente dans la majorité des herbicides utilisés par les agriculteurs, tels que le Roundup. Depuis quelques années, cette substance est controversée. En 2015, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) la classait comme « cancérigène probable ». 

Selon les Agences européennes des produits chimiques (ECHA) et de la sécurité des aliments (EFSA) qui ont étudié la question, aucun élément scientifique ne prouverait le caractère cancérigène du glyphosate. Toutefois, les procédés et les résultats des enquêtes de ces agences sont constestés par de nombreuses ONG ainsi que par Christophe Portier, un toxicologue renommé.

La Commission européenne tranchera en septembre 

En septembre 2017, les États membres de la Commission européenne trancheront définitivement sur le sort du glyphosate. À l'issue des votes, les herbicides contenant du glyphosate seront donc autorisés pour dix ans supplémentaires ou interdits définitivement. 

Si l'autorisation d'utiliser ce type de désherbant est prolongée, en principe, rien n'empêche les États d'interdire le glyphosate sur leur territoire respectif. Selon nos confrères des Échos, 8 500 tonnes de glyphosate seraient consommées chaque années par les agriculteurs français.

À lire aussi : Du glyphosate détecté dans l’urine de plusieurs personnalités