Des associations préconisent de repousser les dates de péremption. France nature environnement (FNE), appuyée par l’application Too good to go, proposent d’indiquer que le produit est comestible « aussi après ».

Gaspillage alimentaire : repenser la date de péremption

De nouvelles propositions pour lutter contre le gaspillage alimentaire sont réunies dans un livre blanc. Les créateurs de l'application Too Good to Go s'associent à France nature environnement et publient Les dates de péremption, une idée dépassée ?, rédigé grâce à des informations recueillies lors d'une table ronde en présence de représentants du secteur de la grande distribution, de l'industrie agroalimentaire, et une association de consommateurs. 

Principale nouveauté : la mention « à consommer avant le », que l'on trouve sur les emballages, pourrait bientôt être suivie de « et aussi après ». Cette proposition est à destination des produits les moins sensibles, comme les gâteaux secs et le café.

25% des ménages ne consomment jamais leurs produits une fois la date passée

Pour rappel, un quart des ménages (25%) ne consomment jamais leurs produits une fois la date dépassée. Et 26% jettent même le produit avant la date limite de consommation. Un jour de « vie » supplémentaire des produits permettrait d’économiser 170.000 km de produits par an, selon les associations.

La Date de durabilité minimale (DDM) signifiée sur les produits par la phrase « À consommer de préférence avant le » indique seulement que les produits vont perdre leur arôme ou la teneur en vitamines à partir de la date indiquée. Mais cette DDM est responsable de 20% des 10 millions de tonnes de produits jetés chaque année en France. Reste à savoir si les propositions faites par les divers partenaires seront suivies d'actes.

À lire aussi : Voici les conseils des autorités sanitaires pour une alimentation plus saine