Le scandale du Fipronil, produit dangereux qui a contaminé des œufs provenant de plusieurs élevages aux Pays-Bas, continue de s’étendre. Après le retrait du marché de plusieurs lots d’oeufs encore intègres, c’est au tour de l’industrie agroalimentaire dans son intégralité d’en faire les frais : plusieurs milliers d’oeufs ont en effet été utilisés pour fabriquer des produits alimentaires qui doivent être retirés de la vente.

Un insecticide dangereux identifié dans des produits de consommation courante

Le scandale du Fipronil est lié à l’utilisation de ce produit, un insecticide. Comme tout produit dangereux de ce type, il ne peut être présent qu’en très faible quantité, selon des limites imposées par la Commission Européenne ou des pays membres de l’Union Européenne de manière indépendante. Dans le cas du Fipronil, il est complètement interdit pour les animaux destinés à la chaîne alimentaire. Toutefois, dans plusieurs lots d’oeufs en provenance des Pays-Bas, d’Allemagne et du Pas-de-Calais, le Fipronil a été identifié en quantité dépassant cette même limite.

Le ministère de l’Agriculture et la DGAL (Direction Générale de l’Alimentation), qui dépend du ministère, ont donc opté pour un retrait pur et simple des lots contaminés. Les entreprises du secteur agroalimentaire ont pu identifier les produits qui ont été fabriqués en utilisant des lots d’oeufs contaminés et en ont communiqué la liste aux autorités, qui ont établi une liste de produits à retirer du marché. Elle a été publiée sur Internet le jeudi 17 août 2017, mais continue d’être rallongée à mesure que les investigations avancent.

Aucun risque pour la santé en cas de consommation

La décision de retirer ces produits du commerce est avant tout liée au principe de précaution et au respect de la réglementation en vigueur : bien que le Fipronil soit présent en quantité supérieure à la limite autorisée, le ministère de l’Agriculture se veut rassurant : il n’y a aucun risque pour la santé des consommateurs.

S’il convient de rapporter tous les lots contaminés pour un remboursement, il n’y a donc pas lieu de paniquer si, par hasard, certains produits ont déjà été consommés.

À lire aussi : Manger des oeufs chaque jour, bonne ou mauvaise habitude ?