C'est un anticyclone installé au dessus de l'Europe centrale qui a déclenché l'épisode de fortes chaleurs que nous avons connu sur la France la semaine dernière, à partir du 23 août. En Aquitaine, le thermomètre a atteint 40 degrés par endroits, mais d'autres régions de France ont profité de ce très beau temps et de la chaleur qui l'accompagnait.

20 degrés la nuit, même à Dieppe

Ainsi, en Bretagne, il a fait jusqu'à 33 degrés à Saint Brieuc et jusqu'à 36 à Rennes et à Nantes. Ces températures élevées se sont déplacées ensuite sur le centre et l'est du pays, avec des pointes à 36 degrés à Strasbourg, 37 à Metz, 35 à Dijon, samedi 27. La veille, il faisait 35 à Lille, près de 28 à Melun. 

Des records de température dans le centre le nord et l'est du pays

Néammoins, cet épisode caniculaire n'a rien à voir avec celui de 2003, qui avait duré près de deux semaines et provoqué plusieurs milliers de décès anticipés de personnes aux organismes fragiles. Cependant, plusieurs villes ont battu des records de températures à cette période, à commencer par Paris, qui n'avait pas connu de telles chaleurs (36,3 degrés au plus haut de l'épisde caniculaire) fin août depuis 1964.

Rappelons que pour que l'on puisse déclarer une période caniculaire, il faut que la température, de nuit, reste au-dessus de 20 degrés, pendant trois jours consécutifs.