Les salariés de la ville de Göteborg ont expérimenté la semaine de 30 heures et se sont révélés très productifs. Cependant, si les conditions de travail et les soins ont été améliorés, cette expérimentation a pris fin, les coûts ayant dépassé les bénéfices.

Une expérimentation de deux ans bénéfique pour les salariés

Göteborg, la deuxième ville de Suède, a lancé il y deux ans une expérimentation visant à mesurer l’impact de la journée de travail de 6 heures. 80 salariés d’une maison de retraite gérée par la commune ont appliqué ces nouveaux horaires tout en gardant le même salaire.

Selon l’agence Bloomberg, les résultats se sont révélés très probants pour le personnel qui s’est dit très satisfait de cette nouvelle mesure. Ainsi, leur taux d’absentéisme a fortement chuté puisque le nombre de jours d’absence était près de deux fois inférieur à celui observé dans les autres services municipaux. De plus, la qualité des soins s’est nettement améliorée.

Un système trop cher pour la municipalité

Pour compenser cette réduction du temps de travail, la municipalité a dû embaucher 17 personnes supplémentaires, cela lui a coûté l’équivalent de 1,25 million d’euros. Pour cette raison, la ville de Göteborg a décidé de ne pas étendre cette mesure à ses autres salariés. « C’est bien trop cher pour pouvoir mettre en œuvre une réduction généralisée du temps de travail dans un délai raisonnable », a déclaré Daniel Bernmar, échevin de Göteborg.

Les effets de cette mesure sur la santé des travailleurs et sur la prolongation de leur carrière ne sont pas encore mesurables. L’expérimentation de la Suède a relancé de nombreux débats notamment en France et en Belgique. En effet, certaines entreprises pensent que la journée de 6 heures de travail peut se révéler positive pour la productivité des salariés.