Voici une avancée scientifique qui devrait profiter aux personnes atteintes de fatigue chronique : des chercheurs sont sur la piste d’un test sanguin permettant de déceler la maladie. Explications.

Un test sanguin pour identifier le syndrome de fatigue chronique

Le syndrome de fatigue chronique (SFC) est méconnu et n’a d’ailleurs été reconnu par l’OMS en tant que maladie que dans les années 90. Les personnes qui en sont atteintes ressentent une fatigue intense et persistante ainsi que des maux de tête, autant de symptômes qui rendent le SFC difficilement identifiable.

Si l’origine de cette maladie n’est pas encore totalement connue - il semblerait que le SFC soit déclenché par une infection entraînant un dysfonctionnement immunitaire dans les cellules - son identification semble désormais plus facile. Des chercheurs américains sont en effet sur la piste d’un test sanguin.

Une expérience pour voir la réaction des cellules immunitaires face à un stress créé artificiellement

Pour ce faire, les scientifiques ont fait appel à 40 volontaires dont la moitié étaient atteints du syndrome de fatigue chronique. Après avoir prélevé des échantillons sanguins sur les participants, les chercheurs ont provoqué chez eux, de manière artificielle, un stress cellulaire en y intégrant du sodium.

Cette expérience a permis de constater que les échantillons de sang des malades atteints de SFC « ont généré une 'pointe de courant électrique importante' tandis que ceux des volontaires sans SFC sont restés 'relativement stables' », rapportent nos confrères de Midi Libre. Ces résultats devraient donc permettre de mettre au point un test sanguin capable de déceler le syndrome de fatigue chronique et de le déceler par la suite.

À lire aussi : Fatigue : et si c'était la faute de votre ventre ?