L’institut de Veille Sanitaire (InVS) a publié dans son BEH (Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire) les résultats d’une étude sur les impacts de 3 vagues de chaleur de 2010, 2011 et 2012 sur la mortalité en France Métropolitaine.

Les premiers résultats montrent un impact relativement faible des vagues de chaleur sur la mortalité. Cette baisse s’explique, grâce aux nombreuses préventions mises en place par les collectivités depuis 2003 et la terrible canicule qui avait couté la vie à 5000 personnes. Cette baisse est également due aux durées plus faibles des épisodes de fortes chaleurs.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de cette étude en vous rendant sur le site de l’InVS.