Lorsque le volcan est entré en éruption le dimanche 3 juin, les habitants ont dû courir pour échapper à la lave. Certains se sont retrouvés piégés et on compte aujourd’hui les morts et les blessés dont le nombre augmente de jour en jour.

La plus violente éruption en 40 ans

Dimanche 3 juin 2018 au Guatemala, le volcan Fuego, culminant à 3.763 mètres, a provoqué une éruption. Situé à 35k m de la capitale, il s’agit de la plus violente enregistrée en 40 ans en Amérique Centrale. Les habitants se sont retrouvés piégés par la lave, qui déferlait à toute vitesse accompagnée d’un épais nuage de cendres.

Certains ont réussi à s’échapper en courant mais pas tous et des familles se retrouvent endeuillées. Alors que l’on annonçait un premier bilan faisant état d’une vingtaine de morts et d’une vingtaine de blessés, celui-ci s’alourdit. À l’heure actuelle, on dénombre désormais une soixantaine de morts.

3 jours de deuil au Guatemala

Le nombre de blessés a lui aussi augmenté et s’élèverait à une quarantaine, dont la moitié dans un état grave. Les corps qui ont été retrouvés sont en cours d’identification à l'Institut national médico-légal. On déplore également plusieurs disparus dont des enfants, séparés de leur famille au moment de la catastrophe.

Un deuil national de 3 jours a été décrété par le président du Guatemala, Jimmy Morales, qui a visité ce lundi les zones sinistrées. Plus de 4.500 habitants ont été évacués et on estime à 1,7 million le nombre de personnes touchées par cette éruption, à des degrés divers.

Lire aussi : Top 10 des éruptions volcaniques vues depuis l’espace