La Terre fonctionne par cycles : des cycles de glaciation, appelés « ères glaciaires » et des cycles de déglaciation. La dernière ère glaciaire remonte à un peu plus de 120 000 ans. Terminée il y a environ 10 000 ans, sa fin correspond au début du développement de la civilisation moderne. Et une nouvelle ère glaciaire devait débuter sous peu. Elle n’aura pas lieu.

Trop de CO2 dans l’atmosphère pour déclencher la glaciation

La planète Terre aurait dû commencer une nouvelle ère glaciaire ce qui aurait permis, en théorie, au climat de se refroidir. Seul souci : alors que les cycles n’ont pas été perturbés pendant des millions d’années, l’évolution de l’Homme et son activité, surtout l’activité industrielle, ont rompu le cycle. Selon une étude de l’UCL (Université Catholique de Louvain), la prochaine ère glaciaire n’aura pas lieu.

C’est le professeur Michel Crucifix qui l’explique dans un article publié par la prestigieuse revue scientifique Nature. Selon lui, les activités humaines ont relevé les niveaux de gaz carbonique (CO2) à des niveaux trop élevés. La concentration de ce gaz, connu pour être en partie à l’origine du réchauffement climatique, ne permet pas au cycle de s’enclencher. La Terre devra donc attendre un nouveau cycle et celui-ci ne se présentera pas avant 100 000 ans… voire 500 000 ans.

Une énième mauvaise nouvelle pour la planète

Le fait que la Terre va sauter son prochain cycle de glaciation est une véritable mauvaise nouvelle : les glaces ne pourront pas se reformer. La Terre ne refroidira donc pas comme elle aurait dû, laissant libre cours au réchauffement climatique de continuer ses dégâts majeurs sur la faune et la flore.

Naturellement, il n’était pas certain que la période de glaciation résolve les problèmes liés au réchauffement du climat : une ère glaciaire court pendant près de 100 000 ans en moyenne et le refroidissement est lent. Mais comme il n’aura pas lieu...

À lire aussi : Évolution du climat en France d’aujourd’hui à 2100