Ils sont parmi les placements préférés des Français : l’assurance-vie et le livret A ne rapportent pourtant pas beaucoup à leurs utilisateurs mais capitalisent une forte popularité.

L'assurance-vie de plus en plus jugée "intéressante"

Le rendement moyen de l’assurance-vie ne protège plus l’épargnant contre l’inflation. À hauteur de 1,8% avant fiscalité, en 2018, ce chiffre n’a certes pas diminué par rapport à 2017 mais correspond à l’inflation enregistrée en 2018. Pourtant, l’assurance-vie garde une popularité conséquente dans le monde des épargnants, puisque 71% d’entre-eux la jugent « intéressante ». Un résultat en hausse de sept points sur l’année écoulée.

Dans une enquête réalisée en février 2019, auprès d’un millier de sondés, ils sont encore 58% à exprimer un intérêt pour l’assurance-vie. Un résultat qui s’accorde avec les 140,1 milliards d’euros déposés sur des contrats d’assurance-vie en 2018, selon la Fédération française de l’assurance (FFA).

Le livret A en progrès

Idéal pour placer son argent à l’abris des prélèvements et des dépenses capricieuses, le livret A stagne à 0,75% net d’impôt et n’a pas de perspective de revalorisation avant février 2020. Pourtant, l’intérêt pour celui-ci augmente d’année en année. Selon le dernier sondage, 26% des interrogés le jugent toujours intéressant. Une progression de deux points par rapport à 2018 et de neuf points depuis 2015. Pour relativiser, les sondés sont 30% à estimer le manque de rentabilité parmi ces placements. Un résultat équivalent à 2018.

Si l’assurance-vie et le livret A ne sont pas prêt à perdre la confiance des épargnants, leur utilité n’est plus dans le placement à la recherche de rentabilité mais une garantie de préserver leurs économies sur un compte à l’abri des accidents.