Les éléphants ont toujours fasciné les hommes (les Indiens en ont même fait l’un de leurs dieux les plus populaires, Ganesh) et les chercheurs.

Espèce menacée aujourd’hui de disparition, les éléphants continuent de faire l’objet de recherches, notamment concernant leur mémoire. Les résultats de l’une d’elles, publiés dans la revue Plos One le 1er mars 2017, ont de quoi étonner les spécialistes : les éléphants ne dormiraient pas beaucoup.

Le sommeil des éléphants étudié à la loupe

Les chercheurs de l’Université de Witwatersand en Afrique du Sud ont décidé d’étudier le sommeil des éléphants. La recherche tentait surtout de comprendre un peu mieux leurs habitudes et leur mode de vie, afin de découvrir comment mieux protéger ces géants de la savane. Pour ce faire, deux femelles ont été suivies pendant 35 jours.

Outre les habitudes de vie, les chercheurs ont pu analyser les phases de sommeil des deux spécimens grâce à des colliers. Ils y ont découvert des habitudes très particulières voire uniques, à commencer par le fait que les phases de sommeil dit paradoxal (REM) ont été très peu nombreuses.

Peu de sommeil : mais d’où leur vient leur mémoire ?

Les éléphants ainsi suivis ont passé des journées entières, jusqu’à 46 heures selon les chercheurs, sans dormir. Quant au repos, il est particulier : les phases de sommeil durant lesquelles les animaux sont couchés ne se présenteraient que tous les quatre jours en moyenne et pour une heure environ. Le reste du temps, les éléphants dorment debout.

Mais ce qui a le plus étonné les chercheurs a été l’absence marquée de phases de sommeil paradoxal. Les éléphants, du fait de leurs moments de sommeil très courts, ne peuvent pas entrer en phase REM ; or, le sommeil REM est reconnu, chez l’homme, pour être en partie à l’origine de l’amélioration de la mémoire. Son absence chez les éléphants semble contredire cette thèse, alors que les pachydermes sont connus pour avoir une excellente mémoire.