Du nouveau pour le vaccin contre la grippe : un décret autorise, dans deux régions, les pharmaciens à l’administrer. Explications.

Des pharmaciens autorisés à vacciner sous certaines conditions

Jusqu’à présent, le vaccin contre la grippe était effectué par un médecin ou une infirmière. Il se pourrait pourtant que les pharmaciens puissent bientôt pratiquer cet acte médical. Un décret publié le 11 mai 2017 les autorise à procéder à des vaccinations contre la grippe. Une mesure expérimentale qui se fera dans deux régions (Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine) et sous certaines conditions.

Sachez tout d’abord que les pharmaciens qui se sont portés volontaires devront suivre une formation obligatoire d’une journée, comprenant une partie théorique et une autre pratique. Avant de vacciner le patient, il devra recueillir son consentement écrit et lui faire remplir un questionnaire, afin de repérer les contre-indications éventuelles. Par ailleurs, il ne pourra vacciner que des adultes, excepté les femmes enceintes, les personnes présentant un risque particulier et les primo-vaccination.

« Traçabilité » du vaccin, hygiène et confidentialité

Après l’administration du vaccin, le pharmacien devra délivrer une attestation au patient et informer son médecin traitant. Par ailleurs, les officines devront répondre à plusieurs critères comme le respect de la confidentialité et des normes d’hygiène afin d’être habilitées à être des lieux de vaccination.

Les pharmaciens recevront une rémunération pour la préparation et l’administration du vaccin (de 4,50 € à 6,30 € par personne vaccinée). Selon l’Ordre national des pharmaciens, « En Auvergne Rhône Alpes et Nouvelle Aquitaine, plus de 4000 pharmaciens (titulaires et adjoints) ont déclaré souhaiter participer à cette expérimentation ».

À lire aussi : Grippe : l’homéopathie ne remplace pas le vaccin