La nature est-elle capable de s’adapter au réchauffement climatique ? Des chercheurs ont observé en Nouvelle-Calédonie des coraux résistants à des conditions difficiles.

Des coraux résistants à une eau chaude, acide et pauvre en oxygène

Les coraux sont parmi les victimes du réchauffement climatique notamment en Australie, où la Grande barrière de Corail a connu plusieurs épisodes de blanchissement de ses coraux. En effet, les coraux n’ont pas résisté à la hausse de la température de l’eau. Selon les scientifiques, le bilan est très lourd puisqu’ils estiment que 29 % des coraux situés en eaux de surface ont été détruits en 2016.

Les chercheurs peuvent pourtant garder espoir concernant la présence des coraux dans les eaux du Pacifique. En effet, une équipe de scientifiques a observé des coraux capables de résister à de multiples conditions qui sont habituellement défavorables à leur développement. C’est en Nouvelle-Calédonie qu’ils ont découvert ces espèces.

Une affaire de génétique ?

L’étude a été menée conjointement par des chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et de l'Université de technologie de Sydney (UTS). Ses résultats ont été publiés en mai 2017 dans Scientific Reports, une revue scientifique en ligne publiée par le groupe Nature. Au total, 20 espèces de corail ont été identifiées.

Les observations ont été effectuées dans un chenal marin long d’environ 800 mètres situé à Bouraké, au Nord de Nouméa et qui rassemblait toutes les caractéristiques nécessaires : une eau chaude ( 2°), acide et pauvre en oxygène. L'équipe de chercheurs a désormais la tâche « de déterminer le matériel génétique que ces espèces ont acquis » selon les propos du Professeur David Suggett, coauteur de l’étude, rapportés par BFMTV. Le scientifique imagine déjà « un repeuplement de zones endommagées ».

À lire aussi Blanchissement de la Grande barrière de corail : une estimation à la hausse