Les charges de copropriété ont fortement augmenté partout en France. L’une des raisons est la hausse des prix de l’énergie, mais pas seulement. 

Une augmentation plus importante dans les grandes villes du Sud

Selon l’enquête de MeilleureCopro, publiée le 6 juin dernier, les charges de copropriété ont augmenté de 3,1% en moyenne en France. Une augmentation qui est significative dans les grandes villes (4,4%). Marseille en tête. La facture affiche une hausse de 4,6% en 2018, soit presque trois fois supérieure à l’inflation de la même année (1,8%). 

Plusieurs facteurs justifient cette hausse. En premier lieu, la hausse du prix de l’énergie dans le courant de l’année et les conditions climatiques. Si le Nord a connu un hiver plutôt doux, il a été plus rude dans le Sud, par rapport aux normales saisonnières. Les honoraires des syndics ont également connu une forte augmentation. À Lyon, elles ont par exemple progressé de 20%. Les immeubles anciens restent les plus coûteux, en particulier ceux construits entre 1959 et 1974. 

Pas de baisse en 2019

Aucune baisse ne semble être annoncée. Selon MeilleureCopro, la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel devrait progresser de 22% en 2019. Autre facteur, l’interdiction du glyphosate risque d’augmenter les frais d’entretien des jardins, à hauteur de 20 à 50%. 

En 2018, Paris est la ville où les charges de copropriété sont les plus élevées avec 1.851 euros par an. Suivent ensuite Nice (1.800 euros/an), Lyon (1.560 euros/an), Strasbourg (1.507 euros/an) ou Marseille (1.440 euros/an). En queue de peloton, on retrouve Montpellier, Lille, Toulouse, Bordeaux et Nantes.

À lire aussi : Logements insalubres : les villes les plus menacées