Dans son dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire, Santé publique France dresse un état des lieux de la prise en charge des troubles de l’humeur en France.

Les femmes plus touchées que les hommes

Dans son dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire, Santé publique France s’est intéressé à la prise en charge des patients atteints de trouble de l’humeur (trouble dépressif ou trouble bipolaire) dans les établissements de santé ayant une activité autorisée en psychiatrie entre 2010 et 2014.

1 684 663 personnes ont été prises en charge entre 2010 et 2014 pour trouble dépressif, avec une proportion plus importante de femmes (698,3 pour 100 000 personnes) que d’hommes (421,5). 446 867 patients ont été soignés pour trouble bipolaire, avec, là aussi, une surreprésentation des femmes : le taux de prise en charge était de 190,3 sur 100 000 personnes chez les femmes, contre 120,8 chez les hommes.

Les régions les plus concernées

De même qu’il existe des inégalités de genre, toutes les régions ne sont pas touchées de la même façon par les troubles de l’humeur. Tous sexes confondus, la Bretagne et la Bourgogne-Franche-Comté affichent des taux de 20 % supérieurs à la moyenne nationale pour la prise en charge des troubles dépressifs. Quant au Sud-Ouest, il se classe en tête du plus grand nombre de patients soignés pour troubles bipolaires.

Pour les troubles dépressifs, la Corse affiche les plus faibles taux de prise en charge. Ces derniers sont plus de 20 % inférieurs à la moyenne nationale, pour les hommes comme pour les femmes. Le taux de femmes prises en charge pour troubles bipolaires y est de 10 % inférieur à la moyenne nationale, et de 20 % pour les hommes.

À lire aussi : La météo a-t-elle une influence sur notre moral ?