Les abysses n’ont pas été complètement explorés, loin de là. On y trouve des êtres surprenants dont l’aspect peut s’avérer cauchemardesque. Certaines espèces sont encore inconnues et les chercheurs font de surprenantes découvertes.

Les abysses, le plus vaste territoire inexploré de la planète

Une équipe internationale de scientifiques s’est lancée le 15 mai dans un voyage d’un mois en haute mer, sur le navire de recherche de la Marine Nationale australienne. Le but de cette expédition est d’explorer les abysses de l'est de l'Australie, un habitat situé à 4 000 mètres de profondeur. Elle doit se dérouler dans une zone comprise entre Bell Bay, en Tasmanie et Brisabane, dans le Queensland.
 
Parmi les chercheurs, se trouvent notamment des scientifiques du Musée Victoria (situé à Melbourne, en Australie). Selon Tim O'Hara, le conservateur principal, « Les abysses sont l'habitat le plus vaste et le plus profond de la planète. Ils couvrent la moitié des océans du monde et un tiers du territoire australien, mais il reste l'environnement le plus inexploré de la Terre ».
 

Découverte d'un poisson que l'on croyait disparu

Dans ces eaux extrêmement profondes, c’est le noir absolu. Cette obscurité explique pourquoi les créatures qui y habitent n'ont souvent pas d'yeux ou produisent leur propre lumière grâce à la bioluminescence. Par ailleurs, la nourriture étant rare, les animaux sont souvent petits et se déplacent lentement.
 
La pêche a été bonne ! En effet, les chercheurs ont ramené, grâce à leurs filets et à leur matériel (des sonars et des caméras), un étrange animal. Il s’agit d’un poisson long d’une quarantaine de centimètres. Sa particularité ? Il n’a pas d’yeux et sa bouche est située sous son corps.
 
Une vraie surprise pour les scientifiques qui ont trouvé le poisson au sud de Sydney. En effet, la dernière fois qu’un de ses congénères avait été observé remonte à l’année 1873, laissant ainsi supposer que l’espèce avait disparue. Les chercheurs ont jusqu’au 16 juin pour faire d’autres découvertes, date à laquelle l’expédition prendra fin.

À lire aussi : Des traces de pollution chimique retrouvées dans les abysses du Pacifique