L’île de Madagascar, au large de l’Afrique, a été frappée par un cyclone, Enawo. Il est passé, heureusement, mais il a laissé derrière lui de gros dégâts. Une situation critique pour l’île, qui va avoir besoin de temps pour réparer les dommages causés, nombreux, car le cyclone est arrivé à Madagascar alors qu’il venait d’atteindre son pic d’activité.

Le cyclone Enawo frappe Madagascar le 7 mars 2017

Cet événement climatique a été d’une violence rarement vue : il s’agit tout simplement du plus puissant cyclone ayant frappé Madagascar depuis 2004, lorsque l’île avait été touchée par le cyclone Gafilo. Dès le 5 mars 2017, l’intensité de la perturbation a été requalifiée en cyclone de catégorie 4, l’avant-dernier niveau de l’échelle de Saffir-Simpson. Mais il a gagné encore en intensité, sans pour autant atteindre le niveau 5, durant les deux jours qui ont précédé son arrivée à Madagascar.

Enawo frappe l’île dès le 7 mars 2017 dans la région de Sava et traverse l’île durant plusieurs jours. L’intensité de la tempête baisse alors avant de quitter le territoire malgache. Le bilan humain et matériel est gigantesque.

50 morts et 300 000 sinistrés sur l’île de Madagascar

La Croix-Rouge et les autorités ont commencé à dresser le bilan de cette catastrophe climatique. Le bureau national de gestion des risques et des catastrophes estime à 50 le nombre de personnes décédées durant le cyclone, selon les dernières données revues à la hausse, publiées le 12 mars 2017. Mais rien ne dit que le bilan ne va pas s’alourdir encore, notamment car il y aurait 195 blessés et 20 disparus.

Près de 295 950 personnes ont vu leurs habitations endommagées par la pluie et les vents qui atteignent, lors d’un cyclone de catégorie 4, 251 km/h. 84 660 personnes ont dû être déplacées et relogées dans des bâtiments publics.

À lire aussi : Top 10 des cyclones les plus meurtriers de l'histoire