La découverte est historique et prouve qu’on est loin de connaître tout de la Terre. Trois nouvelles espèces de crapauds ont été identifiées aux États-Unis après une étude menée dans le Grand Bassin, dans le Nevada. Mais il y a déjà un problème : les espèces sont menacées d’extinction alors qu’elles viennent d’être découvertes.

Trois nouveaux crapauds découverts dans le Grand Bassin

Le Grand Bassin des États-Unis, qui s’étale sur plusieurs États américains, est un désert formé notamment par un ancien lac aujourd’hui asséché. Au total, le Grand Bassin couvre 10 % de la surface des États-Unis, ce qui explique qu’on puisse encore y trouver des espèces inconnues. C’est ce qu’a permis l’étude de la faune menée par Richard Tracy, biologiste de l’Université du Nevada, à Reno.

Lui et ses équipes ont ainsi pu identifier trois nouveaux crapauds : le crapaud Dixie Valley, le crapaud Railroad Valley et le crapaud Hot Creek. Il aura tout de même fallu près de 10 ans pour confirmer que ces trois nouvelles espèces n’avaient pas encore été découvertes. Validée en juillet 2017, cette découverte est historique : la dernière espèce de crapaud découverte aux États-Unis date de 1968.

Un risque d’extinction pour ces nouvelles espèces

Les nouveaux crapauds sont déjà en danger, malheureusement : leur population n’est pas très grosse et leur répartition géographique très limitée. En particulier, le crapaud Dixie Valley risque de disparaître si un projet de centrale géothermique est mené à terme : la centrale pourrait assécher la zone adjacente qui est justement le lieu de vie de ce nouveau crapaud.

La découverte de cette nouvelle espèce pourrait toutefois changer la donne : si elle est placée dans la liste des espèces à protéger, le projet de la centrale géothermique, qui a reçu de vives critiques de la part des écologistes, pourrait bien être arrêté ou déplacé.

À lire aussi : Menace d'extinction pour les requins et les raies de la mer Méditerranée