Alors que la France est devenue championne du monde de football pour la deuxième fois en vingt ans le 15 juillet 2018, la célébration nationale a été ternie par de nombreuses agressions sexuelles.

Des agressions sexuelles le soir de la finale

Quand la 90ème minute de la coupe du monde de football s'est achevée, la France criait déjà de joie. Dans toutes les villes, Français et amoureux du football célébraient cette grande victoire : pour la deuxième fois en vingt ans, les Bleus sont devenus champions du monde. Pourtant, certains supporters n'ont pas pu s'empêcher de jouer les trouble-fêtes... 

Plusieurs médias ont déjà relayé les dommages matériels perpétrés sur les Champs-Élysées à Paris par les casseurs. D'autres, comme Konbini, relatent une autre horreur : certaines supportrices des Bleus ont été sexuellement agressées dans les rues de France le 15 juillet 2018. Sur Twitter, plusieurs femmes ont relaté ces sombres événements...

Certains supporters excités ont dépassé les bornes

Excités par cette deuxième étoile sur leur maillot, certains supporters de l'équipe de France de football ont franchi la ligne rouge. Il y eut les femmes frottées, celles collées ouvertement et celles embrassées contre leur gré. Dans les transports en commun, dans les fan zones et dans les rues de France, certaines femmes n'ont pas pu savourer sereinement cette victoire, qui est aussi la leur. 

À l'évidence, les mouvements de foule peuvent provoquer des contacts involontaires. Les agressions sexuelles en revanche sont intentionnelles et intolérables, l'alcool et l'euphorie de la victoire n'excusant rien. Comme l'ont rappelé à plusieurs reprises les campagnes d'éducation sexuelle du gouvernement et des associations, une femme qui ne dit pas clairement oui aux sollicitations qu'elle reçoit ne doit pas être considérée comme consentante.