Les perturbateurs endocriniens, substances qui modifient l’équilibre hormonal des personnes exposées, sont présents partout : cosmétiques, contenants alimentaires, produits d’entretien… Tour d’horizon des gestes simples à adopter pour s’en protéger.

Alimentation : bannir le plastique et cuisiner bio

Lorsque des récipients en plastique contenant du bisphénol ou des phtalates (deux perturbateurs endocriniens) sont réchauffés, certaines molécules se répandent dans le contenu alimentaire. Il est donc préférable d’utiliser des emballages en verre, qui eux ne craignent rien. Dans le four, l’aluminium est à proscrire, et à remplacer par du papier sulfurisé.

Du côté de l’alimentation, un seul mot d’ordre : consommer bio, notamment pour les fruits et légumes, très riches en pesticides. Il est également préférable de limiter au maximum sa consommation de produits transformés et de plats préparés, qui contiennent des additifs. Si toutefois vous n’avez pas le choix, il est conseillé de réchauffer les plats préparés dans une assiette et non dans l’emballage en plastique d’origine (pour les raisons précédemment évoquées).    

Cosmétiques et entretien : retour aux basiques

Les cosmétiques qui entrent en contact avec la peau et les muqueuses doivent être le plus naturel possible. À l’heure où de plus en plus de cosmétiques revendiquent l’utilisation d’ingrédients « naturels », il devient de plus en plus difficile de faire un choix éclairé. Pour vous aider, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir a publié en février 2017 une liste de 185 produits cosmétiques courants contenant des substances toxiques (allergènes, composés toxiques, perturbateurs endocriniens). Vous pouvez également privilégier, dans la mesure du possible, les cosmétiques bios dont les normes sont plus strictes. Enfin, il convient de limiter au maximum le vernis à ongles, car ce dernier contient du triphenyl phosphate (TPHP), une substance chimique utilisée pour rendre le vernis plus souple et améliorer sa tenue, qui passe sous la peau, et dont on retrouve des traces à des doses élevées dans les urines jusqu’à 14 heures après la pose du vernis.  

Pour nettoyer votre maison, pas besoin d’eau de javel, trois produits simples suffisent : le vinaigre blanc, le savon noir, et le bicarbonate de sodium. Outre les bienfaits à long terme sur la santé, ces solutions ont l’avantage d’être très économes.

À lire aussi : Perturbateurs endocriniens : comment protéger les femmes enceintes ?