Le phénomène de submersion, qui ne se produit que si certaines conditions météorologiques sont réunies, peut frapper tous les littoraux de la métropole.

La formation des vagues submersion

Les vagues submersion, phénomène très localisé, sont liées à une élévation extrême du niveau de la mer, qui est la résultante de la combinaison de plusieurs phénomènes : l’intensité de la marée, le passage d’une tempête qui surélève le niveau marin et le déferlement des vagues sur la côte.

Le phénomène de submersion est aggravé par la simultanéité de ces trois phénomènes qui accroît les débordements et permet à la mer d'atteindre des zones habituellement abritées. C’est ce qui s’est produit dans la nuit du 27 au 28 février 2010, lors du passage de la tempête Xynthia : par endroit, l’eau de mer est montée à plus de 2 mètres dans les habitations. Cette nuit-là, la mer avait dépassé de plus d’un mètre le niveau des plus grandes marées et une surélévation du niveau marin de 1,53 mètres avait été observée.

Les vagues submersion : un danger pour les littoraux

Les premières victimes des vagues submersion sont les zones basses proches du littoral. Cependant, les inondations dues aux vagues de submersion peuvent atteindre une hauteur d’eau de plusieurs mètres, à l’instar de ce qui s’est produit lors du passage de la tempête Xynthia et toucher le littoral à l’intérieur des terres.

Les vagues de submersion fragilisent voire détruisent en quelques heures l’ensemble des infrastructures du littoral : voies de communication, zones d’activité, jetées, digues, et toute autre infrastructure côtière. En outre, à proximité des estuaires, le processus d’écoulement des eaux peut être ralenti, voire stoppé, ce qui occasionne des débordements. 

À lire aussi : Les 10 tempêtes les plus chères de l’histoire en Europe