En mars, chaque année, nous connaissons ce qu’on appelle des giboulées. De brèves averses souvent très violentes, accompagnées de vent ou de grêlons. Mais comment ce phénomène météorologique s’explique-t-il ?

Une rencontre de températures différentes

Le temps est instable en ce moment et ce n’est pas surprenant puisque nous sommes en mars et que nous subissons un phénomène météo très connu : les giboulées. Mais si nous le connaissons, nous ne savons pas toujours l’expliquer. Pourquoi en un instant le ciel s’assombrit et une pluie de grêle frappe la terre ? Ces giboulées marquent la fin de l’hiver et le début du printemps, une période où l’air froid rencontre de l’air chaud.

Plus précisément, à cette période de l’année, l'air relativement froid qui vient de l’est et du centre de l'Europe rencontre de l'air plus doux qui remonte de la Méditerranée. C’est cette rencontre qui perturbe le temps. « Plus l'écart de température est important entre le sol et l'altitude plus on peut avoir de l'instabilité », explique le spécialiste météo du groupe TF1, Louis Bodin.

La douceur arrive progressivement

Lorsque les giboulées surviennent, « on observe généralement un brusque refroidissement », note Météo France. « Au contraire, lors d'une éclaircie entre deux giboulées, le soleil donne l'impression d'un temps agréable et doux ». Un changement de température sur l’ensemble du continent qui se fait progressivement. La douceur arrive mais elle doit laisser aux températures hivernales le temps de s’en aller.

« À la fin de la saison hivernale, l'air froid persiste en altitude, tandis que les basses couches de l'atmosphère se réchauffent progressivement », ajoute le prévisonniste. En règle générale, les giboulées surviennent plutôt le jour que la nuit, « lorsque le soleil a accentué le réchauffement des basses couches, augmentant ainsi l'instabilité ». Soyez patients, cette période instable peut durer jusqu’à mai ! 

À lire aussi : Tout savoir sur les giboulées