La consommation de boissons sucrées tend à favoriser le diabète, l’obésité et les maladies cardiovasculaires. Si les jeunes britanniques consomment près de 234 canettes de boissons sucrées par an, soit trois fois plus que ce qui est conseillé, comment se comportent les adolescents français ?

Les Français restent raisonnables

Un Français consomme en moyenne 50,9 litres de boissons sucrées par an, tout âge confondu. Ce chiffre reste correct comparé à la consommation annuelle des adolescents britanniques qui représente l’équivalent d’une baignoire remplie de boissons sucrées, comme l’a fait remarquer l’organisation Cancer Research. La France reste donc bon élève, d'après la Chaire internationale sur le risque cardiométabolique.

Les Britanniques consomment quant à eux, près de trois fois plus que la limite acceptable. La principale différence entre la France et le Royaume-Uni est l’instauration de la taxe sur les boissons sucrées. Cancer Research affirme que la mise en place d’une telle taxe au Royaume-Uni permettrait de diminuer de 4 millions les cas d’obésité en seulement 10 ans.

L’instauration d’une taxe sur les boissons sucrées pour réduire l’obésité

Les résultats de Cancer Research interviennent au même moment que ceux d’une étude internationale du Congrès concernant l’activité physique et la santé publique. Cette dernière révèle que les enfants britanniques figurent parmi les moins actifs du monde. Face à un nombre de cas d’obésité qui a presque doublé depuis 1980, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait appelé les gouvernements à instaurer la taxe sur les boissons sucrées début octobre 2016.

Selon Alison Cox, directrice de la prévention au Cancer Research UK « l'effet d'une petite taxe sur les boissons sucrées est énorme, et cela inciterait les industriels à réduire les quantités de sucre dans ces boissons ». Pour être efficace, il est indispensable que la prévention soit effectuée dès le plus jeune âge.

À lire aussi : 5 fruits et légumes par jour, ce n'est pas le cas de tout le monde