La Chine et les États-Unis ont annoncé leur ratification de l’accord de Paris sur le climat. Les deux géants mondiaux de la pollution s’engagent ainsi sur la voie de la lutte contre le réchauffement climatique.

1 000 mines de charbon chinoises devraient être fermées cette année

C’est un grand pas dans la lutte contre le réchauffement climatique. Les deux plus grands pollueurs de la planète, la Chine et les États-Unis, ont annoncé, en marge du G20, qu’ils allaient ratifier l’accord sur le climat, conclu le 12 décembre dernier à Paris à l’issue de la COP21.

La Chine s’engage dans une démarche très contraignante. Le pays tire en effet aujourd’hui 70 % de son énergie des mines de charbon, hautement polluantes. Pour parvenir à tenir ses engagements, le pays, qui est responsable d’un quart des émissions mondiales de gaz à effets de serre, devra fermer environ un millier de mines.

La Chine engage un tournant vers les énergies vertes

Il faut dire que la situation est urgente, en Chine, où certaines villes se trouvent très fréquemment au-dessus du seuil de pollution. Selon certains experts, la pollution serait d’ailleurs à l’origine de la mort de 4 000 personnes par jour. Pour assurer un ciel bleu sur le G20 qui se tient actuellement à Hangzhou, les autorités ont même décidé de fermer de nombreuses usines dans un rayon de 300 km autour de la ville, pendant plusieurs jours.

Pour anticiper cette ratification, la Chine s’est orientée depuis quelques temps vers les énergies vertes. Le pays est d’ailleurs devenu le premier investisseur en énergies solaires et éoliennes. La signature de cet accord par les États-Unis et la Chine rapproche la communauté internationale de l’objectif fixé à Paris de limiter le réchauffement climatique à 2°C.

Vous aimerez aussi : 2 000 milliards : voici la facture annuelle du réchauffement climatique