Que Donald Trump n’appréciait guère la politique de son prédécesseur à la Maison-Blanche ce n’est pas un secret : au pouvoir depuis 67 jours, le président des États-Unis a mis un point d’honneur à supprimer toute une série de mesures prises par Barack Obama. Mardi 28 mars 2017, il continue son œuvre en s’attaquant une nouvelle fois au climat, après avoir lourdement coupé le budget du ministère de l’Environnement américain.

La fin du « Clean Power Plan » d’Obama ?

Donald Trump a en tête un objectif précis et il donnera ses dispositions à l’EPA, l’Agence de Protection de l’Environnement, mardi 28 mars 2017 : il veut tout simplement revenir sur le « Clean Power Plan » (Plan pour une énergie propre) lancé par Barack Obama. Ce plan visait à réduire fortement les émissions polluantes, notamment de CO2, des centrales américaines. De fait, les centrales les plus pénalisées étaient les centrales à charbon, les plus polluantes.

Le plan de Barack Obama était ambitieux : réduire de 32 %, soit près d’un tiers, les émissions de CO2 des centrales à l’horizon de 2030 et par rapport aux niveaux de 2005. Pour Donald Trump, climato-sceptique, ce plan a un coût bien plus élevé : celui de l’emploi. Il a donc décidé de faire en sorte de l’annuler ou, tout du moins, l’amender le plus possible.

Une nouvelle décision fortement critiquée de Donald Trump

La volonté de Donald Trump de relancer, comme il l’a dit lui-même, l’exploitation du « magnifique charbon propre », a bien évidemment été saluée par les industriels qui avaient déjà bloqué la réforme Obama sur la question.

Mais les ONG et les associations de défense de l’environnement ont une nouvelle fois fustigé une décision qui va à l’encontre de celles prises dans le monde entier et qui visent à réduire les émissions de CO2 pour limiter le réchauffement climatique.

À lire aussi : Climat : les plus gros pollueurs de la planète s'engagent