Une deuxième personne vient d’être infectée par le chikungunya dans le département du Var. Le virus a été transmis par un moustique tigre autochtone.

Le chikungunya se reconnaît à des douleurs articulaires et une forte fièvre

Jusqu’ici, le chikungunya était une maladie des zones tropicales. Transmise par le moustique tigre, elle ne touchait les ressortissants de la France métropolitaine que lorsqu’ils étaient en voyage en Afrique subtropicale ou encore en Asie du sud (Inde, Vietnam…).

Mais voici que durant le pont du 15 août 2017, deux personnes se sont fait infecter à leur domicile dans le Var, nous apprend le quotidien local Var-Matin. Relevés depuis 2010, les cas d’infection au chikungunya restent chose rare en France métropolitaine. 

Le chikungunya se caractérise par une forte fièvre et des douleurs articulaires invalidantes. À l’heure actuelle il n’existe aucun vaccin pour se protéger du chikungunya. En cas d’infection, il convient de consulter un médecin, qui alertera également l’Agence régionale de santé.

Éviter le contact avec le moustique tigre est possible

La présence du moustique tigre en France métropolitaine est un phénomène récent, dû au réchauffement climatique. Il a été aperçu dans les Bouches-du-Rhône, le Var, le Vaucluse, les Alpes-Maritimes et les Alpes de Haute-Provence.

Pour empêcher sa prolifération, il faut éviter d’avoir de l’eau stagnante chez soi et dans son jardin, car c’est là que les femelles pondent leurs œufs. L’Agence régionale de santé de la région PACA recommande de limiter l’arrosage, de ramasser les fruits tombés et les débris végétaux et de débroussailler les haies. À l’intérieur du logement, on peut allumer la climatisation, car les moustiques tigres fuient les endroits frais. Et pour ne pas se faire piquer, il est recommandé de porter des vêtements longs et amples et utiliser des répulsifs.

Pour en savoir plus : Conseils anti-moustiques !