La 22ème conférence des Nations Unies sur le climat s’ouvre ce lundi à Marrakech. Les représentants des 195 pays seront présents et devront trouver les moyens d’atteindre les objectifs fixés et de limiter le réchauffement climatique mondial.

La COP22 a un double enjeu

La COP22 a pour principal objectif de réaliser de manière concrète les décisions prises par les États en 2015 concernant les dérèglements climatiques. Il y a donc un double enjeu : rendre opérationnel l’Accord de Paris et accélérer l’action climatique avant l’année 2020. En effet, si rien n’est fait d’ici là, l’Accord sera caduc avant même d’avoir été appliqué.

Les différents États doivent aborder des points cruciaux et des compromis devront être trouvés, notamment sur la question de l’agriculture. Pourtant considérée comme un enjeu prioritaire, l’opposition est forte entre d’une part, les pays émergents refusant de discuter de la réduction des émissions de CO2, et d’autre part, les pays développés qui risquent de bloquer les discussions.

Préciser les engagements en faveur des populations les plus vulnérables

100 milliards devraient être consacrés au financement des actions climatiques d’ici 2020. Cependant, l’adaptation aux chocs climatiques reste peu financée, avec uniquement 24 % des financements publics. Les pays africains, premières victimes du changement climatique, devront alors faire entendre leur voix lors de cette conférence.

L’enjeu de la COP22 est aussi de savoir comment vont faire les États pour limiter les impacts climatiques. Des solutions doivent être trouver pour appliquer ces principes dans les politiques nationales. La lutte contre le dérèglement climatique n’est pas encore gagnée et le temps presse. L’année 2016 sera déterminante, puisqu’elle révèlera si les pays sont prêts à agir concrètement et rapidement. 

À lire aussi : Le réchauffement climatique, une réalité ?