Le ministre de la Transition écologique a annoncé que le gouvernement renonce finalement à calculer la taxe sur le carburant selon les variations du prix du pétrole. 

Le gouvernement ne va pas instaurer une taxe flottante sur les carburants

Pas de taxe flottante sur les carburants pour compenser la flambée des prix du pétrole ! Le ministre de la Transition écologique a indiqué, le mardi 30 avril 2019, que moduler les taxes sur les carburants n'a pas été « efficace », selon François de Rugy. Pour appuyer ses propos, le ministre s'est appuyé sur les échecs passés.

En effet, pour rappel, le gouvernement de Lionel Jospin, entre 2000 et 2002, avait testé sans succès cette mesure sur la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP). Si le but premier était de réduire l'augmentation des prix à la pompe pour le consommateur, ce mécanisme « était complexe, il était peu lisible et produisait peu d'effets », a souligné François de Rugy.

Se libérer du pétrole

Pour rappel, en novembre 2018, le gouvernement avait annoncé la fin des chaudières au fioul dans les dix prochaines années. Il souhaite, grâce à de récentes décisions, encourager les consommateurs à changer leur chaudière au fioul pour une chaudière biomasse ou à gaz, une pompe à chaleur voire un système solaire combiné. 

Au fil des mois, différentes mesures ont été instaurées : prime à la conversion, crédit d'impôt ou encore une chaudière à 1 euro. Et François de Rugy d'expliquer : « Notre mot d'ordre est clair : c'est de permettre aux Français de se libérer du pétrole ».

À lire aussi : Pensez-vous bien entretenir votre chaudière ?