Les prix à la pompe n’en finissent pas de grimper. Dans certaines stations parisiennes, le litre de sans-plomb 98 frôle les 2 euros symboliques.

Dans certaines stations, les prix atteignent presque 2 euros

C’est un dossier brûlant qui ne devrait pas apaiser la colère des Gilets Jaunes. Ce lundi 6 mai, c’est une semaine placée sous le signe de la hausse du prix des carburants qui démarre. Dans certaines stations, le prix au litre frôle les 2 euros, un montant historique qui s’inscrit dans une augmentation globale des prix depuis le début de l’année.

Selon les derniers chiffres, le litre de diesel était affiché à 1,48 € dans les stations françaises à la fin du mois d’avril, contre 1,58 € pour le litre de sans-plomb 95. Ces deux carburants battent des records : le diesel est presque aussi cher qu’en octobre dernier, lorsque les prix ont tellement grimpé qu’ils ont encouragé la première mobilisation des Gilets Jaunes, tandis que le sans-plomb n’a pas été aussi cher depuis 2013.

Les taxes sur les carburants représentent près de deux tiers du prix affiché

De nombreux éléments expliquent cette hausse des prix. D’abord un contexte international tendu. Au début de l’année, les principaux pays producteurs de pétrole se sont mis d’accord pour limiter leur production, une décision qui a raréfié l’offre et donc augmenté le prix du baril. L’ambition américaine de réduire à 0 les exportations de pétrole iranien ont également participé à cette montée des prix.

Ce sont ces éléments qui permettent aujourd’hui au gouvernement d’affirmer qu’il n’est en rien responsable de la flambée des prix à la pompe. Dans une infographie, Le Parisien révèle toutefois le véritable prix du carburant, derrière celui affiché en station : dans un litre de gazole à 1,48 €, le pétrole brut ne compte que pour 0,491 € tandis que 0,135 € couvrent les coûts de distribution et que l’État récupère 0,856 €. Pour un litre de sans-plomb 95 à 1,58 €, les chiffres sont encore plus parlants puisque si le prix du pétrole et de la distribution ne changent pas, les taxes s’élèvent quant à elles à 0,954 €.

À lire aussi : Carburants : pas de taxe flottante !