Les fortes chaleurs de ce début d’été 2017 ont déjà déclenché le plan canicule dans quelques départements de France. Outre éviter de sortir lors des heures les plus chaudes, entre midi et 16 heures, il faut bien évidemment s’hydrater le plus possible. Et là, deux écoles se font la guerre depuis la nuit des temps : ceux qui boivent des boissons chaudes et ceux qui boivent des boissons froides.

Pour se désaltérer faut-il boire chaud ou froid ?

Les tenants des boissons chaudes diront qu’ils détiennent la seule et unique vérité, tandis que les défenseurs des boissons glacées estimeront que ce sont eux qui ont raison. Ce débat peut continuer longtemps, car aucun des deux camps n’a l’argument final qui pourrait faire taire ses ennemis. Ce n’est pas dû à un manque d’informations : en fait, aucun des deux camps n’a raison.

LCI a interrogé le diététicien Maxime Mességué sur la question et il confirme qu’une technique n’est pas meilleure que l’autre. Si les deux permettent de s’hydrater, ce qui est l’objectif recherché, elles ont toutes les deux des côtés pervers sur l’organisme et sur la sensation de soif en elle-même.

L’organisme puisera toujours dans ses réserves

Le souci avec le corps humain est qu’il est programmé pour rester à 37 degrés, quelle que soit la chaleur extérieure. Ainsi, lorsqu’on boit un thé chaud, explique Maxime Mességué, l’organisme va devoir faire appel à ses réserves pour réduire la température interne du corps. Il va donc transpirer plus et, de fait, se déshydrater.

Inversement, une boisson froide va certes donner une sensation de fraîcheur, mais le corps devra puiser dans ses réserves pour faire remonter la température intérieure à 37 degrés. Aucune des deux techniques n’est donc meilleure que l’autre… Ce qui ne signifie pas qu’il ne faille pas boire malgré tout !

À lire aussi : Les précautions à prendre en cas de fortes chaleurs