Les bracelets connectés, qui ont connu un succès grandissant ces dernières années, ne seraient pas de bons indicateurs concernant les calories brûlées lors d’un entraînement. Pourtant, ils sont utilisés comme tels par de nombreuses personnes soucieuses de surveiller leur ligne, de perdre du poids ou tout simplement de se maintenir en forme.

Une étude sur 7 modèles de bracelets connectés

Les données que fournissent les bracelets connectés varient en fonction des modèles mais, généralement, ils permettent de connaître la fréquence cardiaque lors de l’effort, le nombre de pas ou encore la dépense énergétique, soit les calories brûlées. Des données que certaines personnes communiquent à leur médecin pour qu’ils les aident. Deux chercheurs de l’université de Stanford se sont penchés sur leur précision.

Les résultats de l’étude menée par Anna Shcherbina et Euan Ashley ont été publiés dans la revue Journal of Personalized Medicine le 24 mai 2017. Les chercheurs ont analysé les données recueillies par 7 bracelets différents dont certains très connus comme l’Apple Watch, le Microsoft Band, le Fitbit Surge ou encore la Samsung Gear 2. La précision, semble-t-il, laisse à désirer.

Un calcul indirect des calories brûlées

Les chercheurs estiment qu’en ce qui concerne les données liées à la fréquence cardiaque, les bracelets connectés sont de bons indicateurs avec moins de 5 % d’erreur. Pour tester ces différents bracelets, ils ont fait courir 20 hommes et 20 femmes sur un tapis tout en leur faisant porter plusieurs modèles à la fois afin de comparer les résultats.

Mais si la fréquence cardiaque, captée directement par le bracelet via une lumière LED, est précise, les données sur les calories brûlées sont, elles, très mauvaises et ne peuvent pas être utilisées par les médecins. Selon les chercheurs, l’erreur, qui a atteint 93 % sur un des modèles, serait liée au calcul indirect des calories brûlées : les bracelets utilisent en effet un calcul mathématique basé sur les indications fournies par la personne (poids, taille…) et sur le temps de la session.

À lire aussi : Les 8 objets connectés qui veulent révolutionner votre santé