Depuis la mi-mai 2019, dans les cabinets ministériels, le budget 2020 se prépare. Pour parvenir à réduire le déficit à 2%, le gouvernement sera obligé de faire des économies. Avec chaque jour qui passe, des arbitrages qui se précisent.

Économies budgétaires : le logement et l’indemnisation des chômeurs dans le viseur

Comme chaque année au printemps, le gouvernement lance une réflexion pour voir comment il pourrait se serrer la ceinture sans faire trop de dégâts. Selon les informations des Échos, 300 à 350 millions d'euros devraient être économisés en 2020 sur les HLM, auxquels s’ajoute 1 milliard d’économies grâce à la rationalisation des APL (désormais calculées sur la base du revenu actuel des demandeurs et non sur celui d’il y a deux ans).

Toujours selon les informations des Échos, 1 milliard d’euros devrait être dégagé grâce à la réforme de l’assurance-chômage. En d’autres mots, les demandeurs d’emploi ne seront plus remboursés aussi généreusement. Le gouvernement ambitionne notamment de venir à bout des cas où l’indemnisation équivaut, voire dépasse, le salaire antérieur du chômeur.

Décotes pour les futurs retraités et suppressions de niches fiscales

Des économies devraient également être réalisées sur les régimes de retraite, croient savoir Les Échos. Les salariés devraient être incités à travailler plus longtemps grâce à un dispositif de décotes, abondant ainsi les fonds des caisses de retraite qui en ont grand besoin pour payer les pensions des retraités actuels.

Enfin, toujours selon Les Échos, des économies devraient être faites grâce à la poursuite des suppressions de postes de fonctionnaires, mais aussi grâce à la suppression de niches fiscales sur le gazole non-routier et le mécénat d'entreprises.

À lire aussi : Un contrôle des chômeurs plus strict en 2019