On dit des jumeaux qu’ils ont un lien très spécial. C’est tout particulièrement le cas pour Éric et Franck, 33 ans, qui ont vécu ensemble une grosse opération chirurgicale : une greffe de peau. L'un était donneur et l'autre receveur. Une première mondiale.

Une brûlure soignée grâce à son frère jumeau

En septembre 2016, Franck est victime d'un grave accident de travail et se retrouve avec une brûlure qui recouvre 95 % de son corps. Une partie de son tatouage portant l’inscription « Life » a été néanmoins épargnée. Un signe du destin ? Lorsque son frère Éric se rend à l’hôpital Saint-Louis à Paris, il y rencontre le professeur Mimoun qui dirige le service des grands brûlés. Le chirgurgien plasticien se souvient de ce qu'il lui a dit ce jour là : « Nous sommes jumeaux, de vrais jumeaux ». « Un immense espoir s’est alors emparé de moi. Un combat légitime pouvait être mené, devait être mené. Le temps était notre pire ennemi, il fallait agir au plus vite. Il n’était pas question de laisser passer sa chance », confie le médecin interviewé par le Figaro.

C’est alors que la course contre la montre commence. Tout d’abord vérifier que les deux frères sont de vrais jumeaux, c’est-à-dire issus du même oeuf (homozygote), puis faire des tests biologiques pour savoir s’ils étaient compatibles, afin qu’il n’y ait pas de rejet des greffes de peau et enfin, obtenir l’autorisation de l’agence de biomédecine pour pouvoir effectuer le prélevement d’organe. Une fois toutes ces démarches effectuées, l’opération a pu commencer.

Une greffe de peau à partir du cuir chevelu

Une première mondiale ! Pour sauver la vie de son frère et permettre une greffe, on prélève à Éric de la peau issue de son cuir chevelu. Un prélevement qui n’enlève pas les cheveux, contrairement à ce que l’on pourrait croire. « Non seulement la prise de greffe n’est pas douloureuse, non seulement on peut répéter l’opération quelques jours plus tard, car le processus de régénération du cuir chevelu est inégalable, mais les cheveux repoussent sur le crâne très vite parce que nous prélevons la peau sans les bulbes des cheveux », assure le chirurgien au Figaro. Des prélèvements sont aussi effectués au niveau des cuisses et des jambes.

Après une quinzaine de jours d’attente et de doutes, l’opération s’avère être un succès. Frank reste alors plus de quatre mois à l’hôpital où toute une équipe médicale prend soin de lui. Désormais il est chez lui et poursuit sa rééducation. Quant à Éric, il se dit « super ravi » et déclare que « tout va bien ». Une chose est certaine : un lien très fort supplémentaire lie désormais ces deux frères.

Lire : Comment soigner une brûlure ?