En finir avec les soldes ? C'est l'appel lancé par la Fédération nationale de l’habillement (FNH). Selon elle, les soldes seraient une menace pour les petits commerçants. 

Les soldes, un mauvais signal envoyé aux clients

Les boutiques ne peuvent plus multiplier les remises, ni fabriquer des lignes spécialement pour les soldes, estime Éric Mertz, le nouveau président de la FNH. Selon lui, les 38.000 commerçants que cette Fédération représente n’ont tout simplement plus les moyens d’organiser ces périodes de promotion. Il faut dire qu'alors que les boutiques d’habillement doivent déjà composer avec des marges faibles, il leur serait difficile de les réduire encore. Quant aux fameuses ventes privées, elles sont réservées aux bons clients et ne permettent de toute manière pas d’engranger des revenus faramineux. 

Les soldes d’hiver n’ont hélas pas permis aux commerçants indépendants de faire remonter leur chiffre d’affaires. Les ventes ont même chuté de 9,5% durant les deux premières semaines des soldes, tandis que la fréquentation dans les boutiques flanchait de 10,5%. Un mauvais signal ? Entre pouvoir d'achat en berne et mouvement des Gilets Jaunes, les clients qui ne viennent habituellement acheter que pendant les soldes ne sont pas venus. La FNH craint dans les semaines et mois à venir de nombreuses défaillances d’entreprises dans ce secteur. D’ici avril, plus de 1.200 très petites entreprises pourraient baisser leur rideau faute de trésorerie. 

Un phénomène de « déconsommation »

Il est vrai que le mouvement des Gilets Jaunes a durement frappé les commerçants et les artisans. D’après la FNH, les ventes des indépendants ont littéralement chuté de près de 19 %, entre mi-novembre et fin décembre. La Fédération nationale de l’habillement pointe directement du doigt les blocages des centres villes et des centres commerciaux, qui ont gravement perturbé l’activité de ces boutiques. 

Le commerce en ligne, avec les rabais incessants, ainsi que les ventes privées ont entamé la pertinence des deux périodes traditionnelles de soldes dans l’année. Conséquence : les soldes ont sans doute définitivement perdu de leur intérêt aux yeux des consommateurs. Mais le désintérêt à l'égard de ces périodes de soldes relève aussi d'un phénomène plus profond dans la société, d'une tendance générale à la « déconsommation ». Une nouvelle génération de clients entend non seulement consommer moins, mais aussi consommer de façon plus éthique. Et la valse des prix et des soldes n'est clairement pas au centre de leurs préoccupations. 

À lire aussi Soldes, promos, liquidations : comment les distinguer