Les politiques européens plancheraient sur une nouvelle taxe du transport aérien : 7 euros pour chaque aller-retour en Europe. Les pays de l'UE évoquent la réduction de l'impact environnemental, mais les voyageurs en subiront les frais.

Une taxe de 7 euros sur tous les vols au départ et à l'arrivée de l'UE

Et si les billets d'avions coûtaient plus chers ? La création d’une nouvelle taxe sur les vols aériens, afin de réduire l’impact environnemental, serait à l'étude. En effet, selon Bill Wirtz, le gouvernement néerlandais propose d'instaurer une taxe de transport aérien de 7 euros sur tous les vols au départ et à l'arrivée de l'Union européenne.

Problème, il y a d'énormes disparités concernant les finances des divers pays concernés : les pays de l'Union ne sont pas logés à la même enseigne. Si 7 euros représentent une somme importante en Roumanie ou en Pologne, c'est le prix d'une pinte de bière en Finlande, selon l'économiste.

Les voyageurs en subiront les frais

La Fédération européenne des transports et de l’environnement (T&E) planche sur cette idée des taxes plus élevées depuis longtemps. Selon l'organisation, les voyages aériens sont sous-évalués. Pourtant, les taxes ont déjà augmenté au cours des sept dernières années. Sous couvert de défense de l'environnement, ces taxes remplissent les caisses des États.

D'après une analyse de T&E, toutes additionnées, de nouvelles taxes carbone, sur les carburants, sur le kérosène et la suppression de l’exonération de la TVA pour les vols en provenance et à destination de l’Europe, permettraient de collecter plus de 50 milliards d'euros par an. Mais ce sont les voyageurs qui en pâtissent. Le seul espoir qu'il leur reste : il faut un accord de tous les pays pour que ce texte soit appliqué.

À lire aussi : Vers une nouvelle taxe carbone en France ?