Selon une étude menée par l’association UFC-Que Choisir, de très nombreux baumes à lèvres commercialisés en France contiendraient des substances toxiques. Qu’en est-il exactement ?

Des perturbateurs endocriniens ou des huiles minérales

Comment imaginer un instant que nous prenons des risques pour notre santé en utilisant des baumes à lèvres l’hiver ? En lisant la dernière enquête de l’UFC-Que Choisir, on est très surpris d’apprendre que de très nombreux produits seraient en effet toxiques. Pour parvenir à cette conclusion, l’association a analysé la composition de 21 baumes de marques différentes et elle a constaté que la moitié des produits posait problème.

10 références comportaient en effet des perturbateurs endocriniens ou des huiles minérales, toxiques en cas d’ingestion. Pour un produit que l’on dépose sur la bouche, c’est un peu inquiétant. « On a retrouvé des résidus, l’un est cancérogène, l’autre semble être toxique, or, ils s’accumulent dans le foie et les ganglions lymphatiques », confirme à France TV Info, Fabienne Maleysson, journaliste à l’UFC-Que Choisir.

Des marques qui semblaient irréprochables

Ce qui est le plus perturbant c’est que les marques en question ont la réputation de commercialiser des produits de qualité. On trouve ainsi le Macadamia d'Yves Rocher, le Trésors de miel, baume à lèvres nourrissant de Garnier Ultra Doux, l’Original classiccare de Labello, le Classic moisturising lip balm de Carmex, le Nultric, soin transformation lèvres desséchées de LaRoche Posay, le Homéostick, baume lèvres au calendula de Boiron, le Cold cream d'Avène, le Nutrition Le petit Marseillais, le Stick lèvres hydratant d'Aptonia et le Stick lèvres hydratant d'Uriage.

Autre surprise : le baume à lèvres le plus efficace, qui ne pose aucun problème en termes de santé, est le « Cien » de Lidl, vendu à 75 centimes. Deux autres produits sortent du lot, il s’agit du Soin des lèvres de Caudalie et le stick lèvres nourrissant de Melvita. On saura désormais à quoi s’en tenir avant d’acheter un baume à lèvres. Notre confiance dans la réputation de certaines marques vient d’être clairement chamboulée. 

À lire aussi 1 000 produits cosmétiques « indésirables » selon l’UFC-Que Choisir