Le groupe Auchan, en proie à des problèmes économiques, a décidé de céder 21 de ses sites en difficulté, jugés non rentables en France. 

Auchan : 21 sites cédés faute de rentabilité

Des revenus en baisse d'1,3% en 2018 et des bénéfices avant impôts ayant diminué de 44,1% : Auchan va mal et la situation ne s'est pas améliorée ces derniers mois. Conséquence, le groupe a annoncé à ses partenaires sociaux, ce mardi 30 avril 2019, la prochaine mise en vente de 21 sites « sans perspective réaliste de retour à la rentabilité ». L'enseigne de grande distribution, détenue par la famille Mulliez, a perdu un milliard d'euros en 2018, avec une baisse globale de son chiffre d'affaires.

Dans un communiqué, le groupe de distribution précise que si les sites français (supermarchés, hypermarchés, entrepôts et drive) ne trouvent pas preneur, « un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) sera donc ouvert ». La CFDT dénonce « un PSE qui intervient après des années d'errances stratégiques ». 

723 salariés travaillent dans les établissements concernés

Dans le détail, il s'agit de treize supermarchés situés à Faulquemont (57), Tours (37), Esvres (37), Roanne (42), Marquette-Lez-Lille, (59), Arras (62), Perpignan (66), Mulhouse (68), Rouen (76), Albert (80), Athis-Mons (91), Chevilly-La-Rue (94), Saint-Ouen L’Aumône (95). Quatre Chronodrive situés à Agen (47), Bayonne (64), Caen (14), Vannes (56). Deux Halles d’Auchan situées à Meaux (77) et Bobigny (93). Un hypermarché situé à Villetaneuse (93) et un centre de préparation Auchandirect situé à Marseille (13).

Auchan s’engage à accompagner tous les collaborateurs concernés si aucun repreneur ne se présentait. Au total, 723 salariés travaillent dans les établissements en passe d'être vendus. Un plan de sauvegarde de l’emploi sera donc ouvert et négocié avec les partenaires sociaux de l’entreprise.

À lire aussi : Une nouvelle appli pour se faire livrer ses courses par un voisin