Une équipe de chercheurs serait parvenue à mettre au point un médicament pouvant stopper la progression de l’arthrose dans les articulations. 

Une substance découverte permettant de bloquer la molécule impliquée dans l’arthrose

Une récente étude, publiée dans la revue Annals of the Rheumatic Diseases le 4 octobre dernier et relayée par nos confrères du site Pourquoi Docteur, nous apprend que des chercheurs canadiens auraient trouvé le premier médicament pouvant bloquer la progression de l’arthrose. Pour parvenir à ce résultat, les scientifiques « ont utilisé une variété de modèles expérimentaux, parmi lesquels des modèles animaux et des échantillons de tissus humains de personnes souffrant d’arthrose » peut-on lire sur le site de Pourquoi Docteur. 

Les chercheurs ont découvert une molécule impliquée dans l’inflammation et la destruction du cartilage. « La molécule que nous avons testée modifie la maladie. Elle a la capacité d'empêcher une destruction supplémentaire au niveau de ces articulations » explique le Dr Mohit Kapoor, directeur de la recherche de l'étude. Ils ont ensuite imaginé un « bloqueur spécifique » de cette molécule, empêchant « une destruction plus poussée de l’articulation dans la colonne vertébrale et dans le genou ».

Un espoir pour les 10 millions de Français souffrant d’arthrose

Selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), cette maladie, qui se manifeste par une raideur et une douleur dans les articulations, conduisant à la destruction du cartilage présent aux extrémités osseuses d’une articulation, toucherait 10 millions de Français : 3% des moins de 45 ans, 65% des plus de 65 ans et 80% des plus de 80 ans. 

La découverte des chercheurs canadiens constitue une avancée majeure pour les personnes souffrant d’arthrose car jusqu’à présent, les traitements proposés aux malades étaient essentiellement symptomatiques, afin de soulager le plus possible la douleur. Les résultats de l’étude sont donc très encourageants, reste à savoir quels seront les dosages et la façon dont le « bloqueur » sera injecté dans les articulations malades.

À lire aussi : Arthrose du genou : 2 fois plus de cas en 50 ans