Il n’est pas question de remettre en cause le réchauffement climatique qui provoque la fonte des glaciers partout dans le monde, l’étude en question le confirme, mais il semblerait que la situation soit un peu moins catastrophique que prévu. En tout cas pour ce qui est des glaciers de la région de l’Antarctique appelée Terre de Palmer qui se trouve au sud du continent glacé.

La glace fond plus vite aujourd’hui qu’en 1990

Les chercheurs de l’Université de Leeds, au Royaume-Uni, dirigés par la scientifique Anna Hogg, ont analysé la fonte des glaces en Antarctique et, en particulier, dans le sud du continent. Grâce aux données satellites recueillies depuis les années 1990 ils ont pu comparer la rapidité de la fonte des glaces et vérifier que cette dernière a bien augmenté au fil du temps, confirmant l’impact négatif du réchauffement climatique sur la calotte glacière.

Les résultats de cette étude comparative de données ont été publiés mardi 2 mai 2017 dans la revue Geophysical Research Letters. Des résultats inquiétants puisque selon les chercheurs, sur les 25 dernières années, l’écoulement des glaciers de la Terre de Palmer a augmenté de 20 à 30 centimètres par jour. Une augmentation de 13 % en moyenne en 25 ans.

La fonte des glaciers est réelle mais moins grave que prévu

Si la recherche confirme l’effet du réchauffement climatique, elle semble avoir des résultats plutôt positifs : chaque année 15 kilomètres cubes de glace de plus, par rapport aux années 90, sont déversés dans l’océan. Une quantité phénoménale mais bien moins élevée que précédemment annoncé : une étude de mai 2015 estimait à 45 kilomètres cubes cette quantité de glace.

Naturellement, cela ne signifie pas qu’il ne faut pas continuer de lutter le plus possible contre le réchauffement climatique. Mais il se pourrait que la Terre soit dans une état un peu meilleur que prévu.

À lire aussi : Regardez à quoi ressemblerait la Terre sans glace !