L'ONG Foodwatch alerte quant à la présence de traces d'insectes mais aussi de phosphates et autre huile de palme dans certaines glaces.

Foodwatch dénonce : des traces d'insectes dans des glaces

Chocolat, fraise, citron, les glaces sont évidemment à l'honneur dès que les températures grimpent. Mais les glaces ont un goût amer, voilà ce que dénonce l'ONG Foodwatch. L'association alerte quant à la présence de certains produits issus d'animaux dans les recettes de glaciers industriels

En effet, Foodwatch explique avoir ainsi trouvé des insectes : dans les produits de Nestlé « Extrême café », des cônes de crème glacée et « Pirulo Happy », de la glace à l'eau multicolore dédiés aux enfants, elle a repéré de la cochenille, un petit insecte parasite dont la présence est fréquente dans le jardin. 

De l'huile de palme et des phosphates présents aussi

Selon l'association, cet insecte est utilisé comme agent d'enrobage pour les cônes. Il apparaît sur l'étiquette comme du « shellac ». Dans la glace à l'eau pour enfants, il sert de colorant. Le « shellac » n'est pas dangereux en soi, mais utilisé comme colorant, la cochenille a « un potentiel allergique fort ». L'huile de palme, tant décriée pour les conséquences de sa production sur l'environnement, est présente aussi dans la composition des « Extrême café » de Nestlé, selon Foodwatch.

Enfin, il faut aussi se méfier de certaines marques, vantant pourtant une image naturelle. Foodwatch épingle ainsi Ben & Jerry's : la présence de diphosphates et phosphates de calcium a été détectée dans ses glaces. Des composants que l’Autorité européenne de sécurité des aliments recommandait d’éviter.

À lire aussi : Santé : 60 Millions de consommateurs épingle 100 aliments ultra-transformés