Depuis plusieurs années, le moustique tigre prolifère en France et de plus en plus de départements sont touchés. Voici quelques informations pour le reconnaître et s’en protéger.

Le moustique tigre est apparu en 2004 en France métropolitaine

 « Arrivée des beaux jours, moustique tigre de retour ! » pourrait-on inventer comme nouveau proverbe. Cela fait 11 ans que tous les 1ers mai un dispositif de surveillance est lancé, jusqu’à l’automne. Une mesure mise en place depuis 2006 par les autorités sanitaires françaises afin de surveiller la présence et l’évolution de cet insecte nouvellement installé sur notre territoire. Tous les ans, de nouveaux départements sont colonisés par le moustique. Pour l’année 2017, six départements viennent s’ajouter à la liste qui en compte déjà une trentaine :  le Gers (alerte rouge), l’Aisne, la Corrèze, la Lozère, la Maine-et-Loire et le Val d’Oise (alerte orange).

Originaire d’Asie, le moustique est déjà connu en Outre-mer mais il a aussi apparu ces dernières années en Europe. Cet insecte se répand en métropole depuis 2004 et c’est dans le sud de la France, à Nice, qu’il a été observé pour la première fois. Il est aisé de le distinguer de son homologue européen puisqu’il est de taille plus petite et a des rayures noires et blanches sur son corps. Il vole également plus lentement et pique principalement le soir et le matin.

Bien se protéger pour éviter les maladies

La piqûre du moustique tigre gratte de manière quasiment instantanée et peut durer plusieurs jours. Outre les démangeaisons qu’elle provoque, ce sont surtout les maladies qui peuvent être véhiculées qu’il convient de surveiller. L’insecte est en effet vecteur de la dengue, du virus zika ou encore du chikungunya. Ces maladies provoquent de fortes poussées de fièvre et peuvent s’avérer mortelles pour les sujets les plus faibles (personnes âgées et enfants en bas âge). Par conséquent, il est nécessaire d’être vigilant et il est possible de se rendre sur le portail signalement-moustique ou l’application mobile iMoustique pour proposer un signalement.

La psychose n’est en aucun cas de rigueur et de simple mesures de prévention permettent de limiter les piqûres. Empêchez tout d’abord la prolifération du moustique en éliminant les eaux stagnantes où il aime pondre (arrosoir, mare d’eau, bassine, gouttières…). Si vous avez un bassin d’agrément, introduisez-y des poissons qui se nourriront des larves. Choisissez aussi un produit anti moustique de préférence « zone tropicale » et un répulsif à diffuser sur vos vêtements. Pensez également, en soirée, à porter des pantalons et des hauts à manches longues pour protéger vos jambes et vos bras.

À lire aussi : Nos antimoustiques sont-ils efficaces ?