En 2 ans, le nombre de départements français touchés par le moustique tigre a doublé. La Direction générale de la santé appelle à la vigilance.

Le moustique tigre est présent dans 42 départements de France métropolitaine

Le moustique tigre est un insecte vecteur de maladies comme le chikungunya, la dengue ou le zika, qui prolifère d’années en années. Habitué au climats exotiques, il a pourtant fait son apparition en France métropolitaine en 2004. Tous les ans, ce sont de nouveaux départements qui sont colonisés. Ainsi en 2017, le Gers, l’Aisne, la Corrèze, la Lozère, la Maine-et-Loire et le Val d’Oise se sont ajoutés à la liste des départements déjà touchés.

Et 2018 ne déroge pas à la règle, puisque de nouveaux départements ont été colonisés par le moustique tigre. Cette année, l’insecte est présent dans 42 départements, c’est-à-dire deux fois plus qu’il y a 2 ans. Sa période d’activité en métropole s’étale du 1er mai au 30 novembre. C’est pourquoi la Direction générale de la santé (DGS) (ministère des Solidarités et de la Santé) a renforcé sa surveillance. « Il s’agit à la fois de ralentir la progression de l’implantation du moustique tigre dans les départements et de limiter le risque d’importation et de circulation des virus dont il peut être le vecteur en métropole ».

Des gestes pour empêcher le moustique tigre de proliférer

La DGS compte sur la population mais aussi sur les professionnels de santé pour signaler à l’Agence régionale de Santé la présence des moustiques tigre, ainsi que tout cas de dengue, de chikungunya ou de zika rencontré. « Ce signalement qui participe à la surveillance épidémiologique de ces maladies infectieuses, permet également aux autorités locales de mettre en œuvre des mesures de gestion autour des cas ».

Pour limiter la prolifération des moustiques tigres, la DGS rappelle les gestes qui doivent permettre d’éviter à  l’eau de stagner et par conséquent d’empêcher les moustiques de proliférer : enlever les soucoupes des pots de fleurs ou les remplir de sable, changer l’eau des vases plusieurs fois par semaine, vérifier le bon écoulement des gouttières, mettre à l’abri de la pluie ou supprimer les pneus usagés et tout autre objet pouvant se remplir d’eau...

 À lire aussi : Nos antimoustiques sont-ils efficaces ?