Des mésanges pour venir à bout du fléau des chenilles processionnaires ? C’est l’idée qu’a eue la mairie d’Anglet (Pays Basque) : 50 nichoirs à mésanges ont été installés dans la forêt du Pignada.   

La mairie d’Anglet à l’assaut des chenilles processionnaires

Les chenilles processionnaires, nuisibles aux poils urticants dangereux pour les humains et les animaux, grignotent les pins de la forêt du Pignada d’Anglet, dans le Pays Basque. Pour lutter contre ce fléau, la mairie d’Anglet a trouvé une solution pour le moins innovante : des mésanges.

Une cinquantaine de nichoirs à mésanges ont ainsi été installés sur la forêt de Pignada. Alors qu’un couple de mésanges peut dévorer jusqu’à 500 chenilles par jour, la mairie d’Anglet devrait être débarrassée de milliers de nuisibles.

Comment lutter contre les chenilles processionnaires

Depuis l’interdiction en 2011 de l’épandage aérien de phéromones pour des raisons écologiques, les communes sont dans l’obligation de trouver des méthodes plus naturelles et biologiques pour venir à bout des chenilles processionnaires, en complément des pièges à phéromones utilisés sur l’espace public. L’armée de mésanges déployée par la mairie d’Anglet, moins efficace que les traitements chimiques, s’inscrit dans cette logique.

Côté imagination, la ville d’Anglet fait pâle figure à côté de Nice, qui lutte contre les chenilles processionnaires à coup de paintballs dont les billes sont remplies de phéromones. Ainsi, au cours de l’été 2016, les nids et lieux de vie des nuisibles ont été canardés. Cette opération, couronnée de succès, devra être répétée pendant 3 années consécutives afin d’être efficace sur le long terme.