Par précaution, les autorités sanitaires britanniques demandent aux clients des établissements fréquentés par l'ex-espion russe contaminé par un produit neuro-toxique, de bien laver leurs affaires. Des traces de ce poison y auraient été retrouvées. 

Laver son linge en machine et passer un coup de lingette sur ses accessoires 

Des traces de contamination à la substance neuro-toxique qui avait empoisonné Sergeï Skripal, ex-espion russe, et sa fille, le 4 mars dernier, ont été retrouvées sur et autour de la table où l'ex-agent double de 66 ans, et sa fille de 33 ans, ont déjeuné  le 4 mars avant d'être retrouvés inconscients sur un banc de la ville. Aujourd'hui un pub et une pizzéria de Salisbury, dans le Sud de l'Angleterre, sont fermés et les autorités sanitaires britanniques demandent aux quelques 500 clients de ces deux établissements, de laver consciencieusement leurs affaires. 

Les clients sont donc appelés à laver en machine les vêtements qu'ils portaient ce jour-là, ainsi qu'à nettoyer avec des lingettes leurs accessoires tels que téléphones, sacs à main, lunettes et bijoux. Afin de ne pas provoquer de psychose parmi les habitants de Salisbury, les autorités sanitaires ont précisé que les risques pour la santé étaient très faibles. Une responsable de la Santé publique a toutefois souligné sa crainte qu'une exposition à long terme à cette substance neurotoxique, ne finisse par provoquer des problèmes de santé. 

L'implication de la Russie sera-t-elle prouvée ?

Si les autorités britanniques se refusent pour l'instant à préciser de quel produit neuro-toxique il s'agit, elles ont en revanche donné des nouvelles de l’ex-espion russe et de sa fille : tous deux se trouveraient en soins intensifs, dans un état toujours critique mais stable. Quant au policier hospitalisé après son intervention, il serait conscient, dans un état grave mais stable lui aussi. 

L'enquête, complexe et menée en collaboration avec l'armée, suit plusieurs pistes. Alors que certains responsables politiques estiment prématuré de désigner un responsable, nombreux sont ceux qui voient dans cette tentative d'assassinat, l'implication de la Russie. Le Kremlin nie pourtant toute implication. Ce lundi 12 mars, la Première ministre britannique Theresa May doit présider une réunion du Conseil de sécurité nationale. Cette tentative d'assassinat d'un ex-agent double russe sur le sol anglais rappelle le meurtre d'Alexandre Litvinenko, l'opposant à Vladimir Poutine empoisonné à Londres en 2006. 

Lire aussi : Comment agir en cas d'empoisonnement ou d'intoxication ?