La menace d'une mise en examen pour viol n'est pas totalement écartée pour Gérald Darmanin. 

 

Sophie Spatz, qui a déposé plainte contre le ministre voici quelques semaines, et dont la plainte a déjà été classée sans suite par le parquet de Paris, envisage de déposer une nouvelle plainte avec constitution de partie civile, comme l'explique son avocate, maître Elodie Tuaillon-Hibon, à RTL. 

 

Une plainte avec constitution de partie civile pour obtenir une enquête complète


Cette procédure obligerait la Justice à désigner un juge d'instruction, qui devrait alors reprendre l'enquête depuis le début, notamment en procédant à des auditions. 

La jeune femme affirme que Gérald Darmanin aurait conditionné son intervention, dans un dossier la concernant, à l'obtention de faveurs sexuelles. Le ministre a porté plainte contre elle pour diffamation, affirmant que la relation était librement consentie. 

 

Gérald Darmanin accusé d'"abus de faiblesse"


Gérald Darmanin fait par ailleurs l'objet d'une enquête préliminaire pour "abus de faiblesse" dans une autre affaire, alors qu'il était maire de Tourcoing. Une habitante de la ville affirme que l'édile lui aurait proposé d'obtenir un logement social, qu'elle réclamait, contre une relation sexuelle, chantage auquel elle aurait refusé de se soumettre. 

Le ministre de l'Action sociale et des Comptes publics peut se prévaloir pour l'instant du soutien sans faille du gouvernement, n'ayant pas été mis en examen. 

Selon une tradition non écrite mais appliquée depuis des années par tous les gouvernements successifs, de gauche comme de droite, les ministres mis en examen doivent démissionner, afin d'assurer leur défense, sans fragiliser la fonction qu'ils occupent.