Alors que la pollution sévit en France, beaucoup d’habitants continuent de pratiquer une activité sportive. Les autorités, quant à elles, invitent la population à diminuer les activités intenses et sportives. Faire du sport peut donc être une bonne idée, à condition de prendre les précautions nécessaires.

Les effets néfastes de la pollution augmentent avec le sport

Suite aux pics de pollution constatés dans plusieurs villes de France, les autorités sanitaires invitent les habitants à privilégier les transports en commun et recommandent aux personnes vulnérables de supprimer toute activité sportive. En effet, l’appareil respiratoire peut facilement être fragilisé par la pollution et la pénétration des particules fines dans l’organisme peut causer un essoufflement et une toux anormale.

La pratique d’une activité sportive intense entraîne une plus forte inhalation de polluants et peut ainsi provoquer une inflammation pulmonaire, même chez les personnes en bonne santé. Cette précaution est également valable pour les sports d’intérieur. En effet, une récente étude a démontré que les salles de sport présentaient une concentration élevée de polluants.

Comment se protéger de la pollution en faisant du sport ?

Plusieurs sports, comme le vélo, peuvent être pratiqués à l’aide d’un masque anti-pollution. Celui-ci permet de préserver sa santé tout en offrant une bonne respirabilité durant l’effort physique. Il est également indispensable d’éviter de faire du sport en fin de journée, puisque c’est principalement à ce moment que la qualité de l’air est altérée.

De plus, le froid et l’air sec ont tendance à augmenter les effets néfastes de la pollution, surtout pour les personnes asthmatiques. Malgré ces précautions, le sport ne doit pas être totalement supprimé du quotidien. En effet, avoir une activité physique reste bien meilleur que de ne pas en avoir du tout. 

À lire aussi : Pollution : 92 % de la population mondiale respire un air de mauvaise qualité