Le nouveau contrôle technique entrera en vigueur le 1er juillet 2019. Les vieux véhicules diesel sont les principaux visés par ce dispositif qui cible les voitures les plus polluantes.

Le nouveau contrôle technique visera les véhicules trop polluants

Il devait être mis en place à partir de ce 1er janvier 2019, ce ne sera finalement que six mois plus tard, à partir du 1er juillet 2019, que les automobilistes auront à redouter le nouveau contrôle technique imaginé par le gouvernement pour retirer de la route les véhicules les plus polluants. Ce nouveau dispositif vise à sanctionner plus durement les véhicules dont le taux d’émission de particules fines est jugé trop élevé.

Et pour réaliser ce diagnostic, les contrôleurs respecteront une règle simple : le véhicule qu’ils inspectent devra avoir un taux d’émission de particules fines égal à celui qui a été enregistré lors de l’homologation du modèle dudit véhicule. En d’autres termes, une voiture dont la valeur d’homologation est fixée à 0,51 ne pourra plus dépasser ce taux quand, aujourd’hui, les contrôleurs tolèrent une marge de 0,7 à partir de cette valeur pour tous les modèles.

Un contrôle technique adapté à l’âge du véhicule

Si cette nouvelle norme suscite l’inquiétude des propriétaires de voitures anciennes, que ces derniers se rassurent, la sévérité des tests sera proportionnelle à l’âge du véhicule. Les modèles neufs seront, en cela, plus durement sanctionnés en cas de dépassement de la limite d’émission de particules fines.

Ce nouveau contrôle technique s’adresse par ailleurs quasiment exclusivement aux voitures diesel, dont on estime qu’elles sont les plus polluantes et que le gouvernement souhaiterait écarter de la circulation, au moins pour les plus vieilles d’entre elles. Les propriétaires de voiture essence peuvent donc être rassurés.

À lire aussi : La pollution des grandes villes annule les bienfaits de la marche chez les plus de 60 ans