Près de six mois après sa disparition, l’enquête sur la disparition de la petite Maëlys piétine toujours. Et les témoignages divergent...

Qui a vu Maëlys après 2h47 du matin ?

La disparition de la petite Maëlys, dans la nuit du 26 au 27 août 2017 à Pont de Beauvoisin, dans l’Isère, agite la presse au moins autant que les enquêteurs qui, depuis des mois, tentent de faire la lumière sur cette affaire dans laquelle le peu d’éléments tangibles freine considérablement l’avancée de la police. Frein parmi les freins, les témoignages divergent sur le déroulement exact de cette soirée de mariage.

Le flou règne à partir de 2h47 du matin, heure à laquelle Nordahl Lelandais, principal accusé, a été filmé au volant de son Audi A3 (dans laquelle des traces d’ADN de la fillette ont été retrouvées). Les enquêteurs voudraient croire que la petite fille était dans cette voiture, ce qui pourrait être confirmé par les images des caméras de vidéosurveillance qui montrent une « forme blanche » sur le siège passager.

Trop peu de preuves matérielles pour élucider cette enquête

Sauf que l’avocat de la défense a réuni de nombreux témoignages qui affirment que Maëlys était encore dans la salle, quelques minutes, voire dizaines de minutes, après le départ de Nordahl Lelandais. Deux témoins l’affirment ainsi clairement : le cousin de la mère de Maëlys et sa compagne, qui assurent avoir dit au-revoir à la petite fille aux alentours de 3h15-3h20.

C’est à ce point précis du déroulement de la soirée que les enquêteurs butent aujourd’hui. Sachant que même si une réponse était trouvée à cette énigme, le fait que cette enquête soient menée en l’absence quasiment totale de preuve matérielle – à commencer par l’absence de corps – demeure le principal obstacle à la résolution de cette affaire.