Neuf mois après sa mise en place sur toutes les routes secondaires sans séparateur central, l’application uniforme du 80km/h pourrait être abandonnée.

La limitation à 80 km/heure facultative puis supprimée ?

Tout ça pour ça est-on en droit de se demander... Les sénateurs ont décidé, fin mars 2019, d’ajouter un amendement au projet de loi d’orientation des mobilités. Ce texte déclarait la limitation à 80 km/heure facultative. Édouard Philippe va t-il abandonner sa réforme comme il l'a déjà annoncé le 8 avril lors de la synthèse du Grand débat national ?

En effet, le Premier ministre a déjà surpris lors de la présentation du bilan du Grand débat en déclarant que pour la réforme des 80 km/h, il n'avait pas su écouter. Soulignant qu'il ne souhaitait pas « abandonner l'ambition de la baisse de la mortalité sur les routes » et qu'il acceptait de « composer avec l'incompréhension et le rejet de nos concitoyens ».​​​​​​​

Les radars détruits vont coûter cher

Les Gilets Jaunes auront-ils la peau de cette limitation de vitesse tant rayée ? Pour rappel, une vague de colère a envahi la France, entraînant de nombreuses dégradations de radars. Par conséquent, le budget de la Sécurité routière risque d'être amputé de 57 millions et les recettes versées aux collectivités locales vont être réduites de 60 millions

La limitation a été instaurée en juillet 2018 par le gouvernement arguant que cela ferait baisser le nombre d'accidents mortels sur les routes de France. Six mois après sa mise en œuvre, un premier bilan de l’abaissement à 80 km/h des routes secondaires, à double sens sans séparateur central, a été dévoilé. Le Premier ministre affirmait alors que 116 vies avaient été épargnées grâce cette mesure. Mais fin mars, on apprenait que le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a connu une très forte hausse de 17,1 % en février 2019.

À lire aussi : Sécurité routière : des autocollants pour signaler les angles morts