Un immense morceau de banquise se détache actuellement de l’Antarctique. Un phénomène lié au réchauffement climatique et qui pourrait provoquer une montée du niveau de la mer.

Les experts observent le détachement d’un iceberg de 5 000 km²

En Antarctique, où les conséquences du réchauffement climatique sont de plus en plus frappantes, un morceau de la banquise est en train de se détacher et pourrait provoquer la formation d’un des plus gros icebergs jamais observé sur Terre.

Ce morceau de glace, baptisé Larsen C, d’une superficie de 5 000 km², se détache de la banquise depuis déjà plusieurs années, mais la douceur exceptionnelle de cette saison a largement accéléré le processus et les spécialistes s’inquiètent des conséquences de cette fissure. Cet iceberg pourrait en effet, en disparaissant, provoquer une nette augmentation du niveau de la mer.

La péninsule Antarctique bouleversée par cet événement

« Larsen C est sur le point de perdre une surface de plus 5 000 km² après une nouvelle progression de la fracture », ont ainsi prévenu, dans un communiqué, les experts du Projet Midas, qui observent l’événement. Ces derniers craignent que cette fracture ne change « fondamentalement l’aspect de la péninsule antarctique ».

Aujourd’hui, seuls 20 km de terre relient encore Larsen C à la banquise, tandis que la fissure vient d’atteindre 80 km. Le recul de cette terre glacée est en route depuis déjà de nombreuses années. En janvier 1995 et en février 2002, les icebergs Larsen A et Larsen B se sont déjà désintégrés sous l’effet de la chaleur.

À lire aussi : Réchauffement climatique : cinq îles disparaissent sous les eaux du Pacifique